lundi 10 mai 2010

Au moment où je n'ai rien compris, j'ai su que j'étais au paradis.



Les rideaux ne cachent pas la nuit dehors. Elle rentre et se mélange à ta lumière. La pâleur de ton corps. L'espace vibre et le lecteur CD miteux crache la musique.
Mégots, plan griffonné sur un bout de papier et bouteille de rosé.
Rien ne sera plus beau à mes yeux maintenant.
Je te le dis, quand tu dormais, je t'ai admirée en secret.
Je t'aime.